12/10/2008

CACHE-CACHE !

54

Bonjour à tous !

Jeudi 09 octobre 2008. L. 54, 15h13-22h08 (7h00). Bus 8187, 70 km.

Un beau petit service, pour moi ce jeudi, moins de quatre rotations sur la ligne 54, avec en prime une sortie dépôt à 15h33. Ce beau petit service allait commencer par une partie de cache-cache. En effet je me trouve devant l'emplacement supposé de mon bus et celui-ci ne s'y trouve pas, je vais donc me renseigner auprès du brigadier du matériel roulant, qui m'annonce que mon bus se trouve sur une des fosses dans le fond du dépôt, pour un graissage. Je pars donc a la recherche de mon bus, heureusement que je m'y prend toujours à temps.

Je l'ai trouvé !

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 001 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 002 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 003 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 004 (Medium)

Je mettrai le bus à l'extérieur et je m'y installerai correctement. Le réglage électrique des deux rétroviseurs ne fonctionne pas.

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 005 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 006 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 007 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 008 (Medium)

Humour "Stibien" !

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 009 (Medium)

 

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 010 (Medium)

Je met le véhicule en mouvement, prêt à rejoindre ma ligne à "Luxembourg", pour mon premier départ, déja un signal lumineux s'allume sur le tableau de bord, avec la mention "Essieu 1 gauche"!

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 012 (Medium)

J'ai pousuivi ma route malgré tout. A "Luxembourg", j'aurai la surprise de voir "Manu-photos" qui fera un aller-retour avec moi. Que retenir de ce premier trajet, dans la chaussée d'ixelles une jeune fille monte par l'arrière, je l'a rappelle, elle vient à l'avant et la demoiselle possède une carte "Mobib", son excuse :"Je n'habite ici que depuis un mois". "Fernand Cocq", j'ai droit à la sortie d'école et au mic-mac, je ferai malgré tout descendre un jeune garçon, (16 ans) qui n'avait ni titre de transport, ni argent. "Bailli", monte un monsieur avec un grand gobelet en plastique, rempli de jus de fruit, je lui refuserai poliment l'accès au véhicule, il descendra presque sans râler. "Trinité" une dame veut descendre par l'avant, je lui fait la remarque que la descente se fait par derrière, elle commence à râler, son excuse :"Il y'a trop de monde je ne sais pas passer". A t'elle seulement fait l'effort de se rapprocher de la sortie, non. "Ma campagne", une carte 65+ non valable, (Ancienne carte magnétique) m'est encore une fois présentée, que font-ils à la Toison d'or ?

Terminus. "Forest centre". Merci Manu.

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 011 (Medium)

Les deux trajets suivants seront plus calme, un collègue me précédait de peu.

Avenue Louise, encombrements 17h07. On nous parle sans cesse en ce moment de crise financière, de crise économique, de hausse du chômage, de la perte du pouvoir d'achat. Pourtant chaque jours la circulation est de plus en plus dense avec de nombreuses files et les rues commercantes sont noire de monde. Qui a une explication ?

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 014 (Medium)

Avenue Louise, encombrements 18h36.

STIB ( photo) 2008 II 09.10.2008. 015 (Medium)

19h25 à "Ma campagne" une jeune fille (17 ans avec de grands écouteurs sur les oreilles) monte par l'arrière et va s'asseoir dans le fond du bus, je me retourne, je l'a regarde sans dire un mot nos regards se croisent, elle viendra à l'avant me raconter sa mésaventure :"Je n'ai pas mon abonnement et je n'ai pas d'argent je suis française". Ma réponse :" Un seul regard et tout est dépeuplé". Je laisse tomber, j'arrive au terminus et la jeune française est toujours à bord : "Vous n'allez pas à "Luxembourg"?". Elle s'était trompé de direction, elle descend fumer une cigarette pendant mon temps de régulation. Je descend aussi pour prendre l'air, (Non pas pour draguer) nous discuterons un peu, elle est originaire de Reims, mais elle préfère les grandes métropoles,  Paris elle adore. Le reste ne vous regarde pas. Au retour et enfin arrivée à destination, elle me fera au revoir de la main. Une dernière anecdote, pour terminer à l'arrêt "Jupiter" vers ville, montent deux personnes dont un africain, la trentaine qui me sourit et me dit : "Bonjour çà-va", comme s'il me connaissait depuis vingt ans. Il se met devant le "Prodata" et y engage sa carte d'un voyage que partiellement, j'ai l'oeil bien ouvert et mon pote de vingt ans viendra m'acheter un ticket !

Ciao, ciao !