14/02/2008

AU BOUT DU ROULEAU !

42

Bonjour à tous !

Mercredi 13 février 2008. L. 42, 16h05-24h28 (8h23). Bus 8225, 119 km.

Petite surprise en arrivant dans la salle de recettes ce mercredi soir, le nouveau mobilier est arrivé mais pas encore installé. Les chefs de lignes n'ont pas été oubliés, ils vont pouvoir se mettre au travail.

STIB (photo) 13.02.2008. 001 (Small)

La salle de recettes, le nouveau mobilier est arrivé.

STIB (photo) 13.02.2008. 002 (Small)

 

STIB (photo) 13.02.2008. 003 (Small)

Pendant que je remplis ma feuille de route, mon jeune collègue et voisin de table jette un oeil sur mon service, il me demande : "Tu veux faire du 42 ?". Sans hésiter j'ai répondu : "Oui" (J'avais un service sur la ligne 95). Merci Karim. Je me dirige vers le garage (car en plus, je sors du dépôt) préparer le bus de ma soirée, qui sera le 8225. Un grand merci à monsieur Bruno ! Aucunes avaries à signaler, si ce n'est l'écran de contrôle qui fonctionne mais l'image n'est pas nette et trop claire. Par contre les vitres (pare-brise et vitres latérales) sont d'une propreté impeccable !

Le 8225, l'état de propreté des vitres m'a soufflé, celà se voit même sur les photos.

STIB (photo) 13.02.2008. 004 (Small)

Tout est réuni pour passer une bonne soirée, mais c'était sans compter sur les voyageurs. J'ai peut-être un problème ? Je ne supporte plus rien, je suis au bout du rouleau. Il faut que je consulte un psy afin d'aborder mon travail autrement. J'assure mon premier départ au "Transval" à 16h38 et celà commence comme ceci, ma deuxième cliente une fois à bord du bus commence à chercher son abonnement en commentant à haute voix ses faits et gestes, troisième client un jeune de 16 ans : "Vous allez où ?". Il est affiché "Roodebeek". Je répond à "Roodebeek" au shopping de Woluwé. "Vous passez par "Herrmann-Debroux" alors ? Je démarre et j'arrive à "Sacré Coeur", cinquième client un homme me montre son "MTB" mais il se trouve dans une pochette dont le mica est bleu foncé et je n'y voit presque rien. "Herrmann-Debroux" septième cliente en grande conversation avec son gsm, me demande : "C'est bien un 42 ? Parce qu'il est barré.". Elle monte à bord et s'assied sur le premier siège à droite et avec son gsm dans une main et sa carte dans l'autre, elle essaye d'oblitérer, tout en restant assise ! Elle n'y arrive pas, se lève et me demande pourquoi sa carte est refusée. Je lui indique de passer sa carte dans l'oblitérateur, maintenant qu'elle est debout et face à l'appareil, celà fonctionne.

"Transval".

STIB (photo) 13.02.2008. 006 (Small)

19h24 à l'arrêt "Rond-point du Souverain", se présente le cas isolé que l'on rencontre tous les jours et même plusieurs fois par jour. Un Africain d'environ 16-17 ans qui me présente sa carte client seule (Pour certains  c'est normal, pas pour moi) ! Je l'arrête et demande de voir l'abonnement complet. Sa réponse : "J'ai perdu la carte". Je lui propose un ticket et comme je parlais dans le vide, je l'ai invité à descendre du bus, le tout en m'énervant. Plus tard dans la soirée à "Roodebeek" aux alentours de 22h14, parmi les voyageurs qui montent, il y a un jeune belge d'environ 20 ans dont je sens tout de suite que je tiens encore un de ces cas isolé. Il à le bras gauche dans le plâtre et ouvre un porte-feuille avec de nombreuses séparations et dans un de ses séparations, il y a un abonnement qui m'est présenté de manière illisible. N'étant pas d'humeur (uniquement à cause de toutes ses attitudes), je demande l'abonnement en main et voici ce que je découvre.

STIB (photo) 13.02.2008. 009 (Small)

Deux abonnements périmés de longue date, avec deux numéros de séries différents, que je soulage et demande au garçon, que s'il désire prendre le bus, il devra acheter un ticket. Il deviendra mauvais joueur et voudra descendre du bus, mais il veut que je lui rende son (?) abonnement, pour dit-il se justifier auprès de la "STIB". ??? Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'appelle la régulation pour l'envoi d'une patrouille (Ne riez pas). La radio ne fonctionne pas et je prend mon gsm, on me demande si je reste surplace et on m'envoit une voiture. Entre-temps le garçon s'en và, mais tant que je le vois, je ne bouge pas, toujours dans l'espoir de voir arriver la patrouille(Ne riez pas). Le garçon fait demi-tour et revient à hauteur de mon bus pour me menacer de représailles et puis s'en va de nouveau. Lorsque je ne pouvais plus le voir et la patrouille n'étant toujours pas arrivée (huit minutes), je décide de poursuivre ma route. Je quitte "Roodebeek" j'essaye via la radio de prévenir la régulation et finalement c'est par gsm que j'annonce avoir repris ma route, la dame me répond : "Que la voiture est en route, mais qu'ils étaient en intervention lorsque j'ai appellé" (Ne riez pas). Pour l'anecdote lorsque j'arrive à "Lenneke Mare", je reçois une réponse à mon appel radio (Ne riez pas). Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Il est urgent de privatiser le service de sécurité, car dans l'état actuel des choses, ils sont totalement inefficace.

Dernier passage à "Woluwé" à 23h47 mon bus est vide et je suis en avance, j'attendrai mon heure de passage.

STIB (photo) 13.02.2008. 007 (Small)

Mais qu'elles sont propres ces vitres !

STIB (photo) 13.02.2008. 008 (Small)

Ma dernière cliente sera une jeune fille de 18 ans à l'arrêt "Schoonejans" elle fouille son sac et me dit : "Je ne trouve plus mon porte-feuille". Il me restait deux arrêts à parcourir et je l'ai laissé monter, là je suis vraiment malade, car je ne suis pas logique avec moi-même. Allo docteur.

dyn007_original_125_70_gif_2601058_2ce1549f5e33b33c45b3636c695a4e33
andbordeaux130208a

                                2   -   1

Deux jours de congé court, mais tellement bon !

deux jours de congé

Ciao, ciao !