15/01/2008

ENFIN LE DERNIER !

5472
Bonjour à tous !
Lundi 14 janvier 2008. L. 54, 15h08-17h07, L. 72 17h56-22h36 (7h28) Bus 8202, 20 km. Bus 8014, 46 km.
Enfin le dernier jour de travail avant le week-end. En arrivant dans la salle de recettes, je vois que les travaux de rénovations avancent à grand pas.
Salle de recettes.
STIB (photo) 14.01.2008. 015 (Small)

 

STIB (photo) 14.01.2008. 016 (Small)

J'imprime ma feuille de route, je sors avec le bus 8188 !

STIB (photo) 14.01.2008. 005 (Small)

Je me dirige vers le garage, je prend une photo du 8224, un des derniers bus livrés...

STIB (photo) 14.01.2008. 001 (Small)

et le massacre continue ! (8224)

STIB (photo) 14.01.2008. 002 (Small)

Je me dirige vers le fond du garage. Non pas cette fois !

STIB (photo) 14.01.2008. 003 (Small)

Voici l'emplacement de mon bus ! Il brille par son absence.

STIB (photo) 14.01.2008. 004 (Small)

Je me dirige vers le bureau du brigadier, afin d'avoir un autre véhicule pour assurer ma prestation. Il me donne le 8202, merci. Je monte dans le bus et dans le fond caché, il y a un gars du matériel roulant qui attend 16 heures pour rentrer chez lui ! Il est 15h20, ils sont trop nombreux sans doute et il n'y a pas assez de travail pour mettre les bus en ordre. Comme par exemple nettoyer les vitres intérieures !

STIB (photo) 14.01.2008. 006 (Small)

L'écran de contrôle de ce bus ne fonctionne pas. Je me dirige vers le "Quartier Léopold" pour mon départ en direction de "Forest-Centre", j'arrive à l'arrêt "Porte de Namur" et surprise, le bus 8188 avec lequel je devais effectuer mon service se trouve sur la ligne 71.

STIB (photo) 14.01.2008. 007 (Small)

A l'arrêt suivant parmi les voyageurs qui sont montés, il y a une jeune dame qui ne trouve pas son abonnement, je lui propose un ticket, elle préfèrera descendre à "Saint-Boniface". Pour les mauvaises langues, je précise qu'elle était jolie mais pour moi celà ne fait aucune différence. "Fernand Cocq" ce que je redoutais une quarantaine d'élèves m'attendent (des grands 16-17 ans), ils avaient tous leurs abonnements mais impossible de voir les dates et ils sont tous montés par l'avant, ce qui est déjà pas mal. On arrive à "Trinité" le clou de la soirée, je suis sur le point de quitter l'arrêt, voilà qu'arrive une dame avec un enfant (10-12 ans). Je les laissent monter, la dame commence à chercher et moi je reste surplace, plus de deux minutes, certaines personnes dans le bus s'impatientent. Comme pour mettre un peu de pression, j'indique aux voyageurs que j'attend après la dame. Elle me tend un billet de 20€, sans rien dire. Je demande si elle veut deux tickets ? Car l'enfant qui l'accompagne ne m'a montré aucun abonnement. La réponse de la dame : "C'est gratuit vous voyez bien qu'elle à moins de douze ans !". Je répond : "Je vois qu'elle n'a pas d'abonnement à me présenter". Je rend la monnaie sur 4€ et donne deux tickets à la dame. Sacrilège, elle rétorque : "Conduire ne vous suffit pas ? Vous faites bien votre travail !". Nous arrivons place Albert la dame et sa fille étant toujours à l'avant du bus, je n'ouvre qu'une porte et malgré tout en bousculant les voyageurs qui montaient, elle descend, mais ce n'est pas fini, elle s'est trompée et remonte dans le bus, direction "Jupiter". A "Jupiter" je n'ouvre pas les portes avant et je lui indique de descendre par l'arrière. Sa réponse : "Vous auriez du être flic !". Evidemment, les quelques personnes qui voulaient monter ne savaient pas attendre et se sont précipitées vers l'arrière, ensuite venant d'un tram arrive une autre dame j'ouvre et la conasse (non censuré, ce mot se trouve dans le dictionnaire. Je pars du principe que tous les mots qui s'y trouvent peuvent être transcrit), court pour descendre par l'avant et elle a réussi. Je ne peux préciser son origine mais elle n'était pas Belge, peut-être une Nord-Africaine Européennisée, lol ! A l'arrêt "Duden" je croise Quentin (Président de "Stibizz") qui promène son chien (Basset Artésien), on se saluera brièvement.

"Forest-Centre".

STIB (photo) 14.01.2008. 008 (Small)

Le voyage retour sera à peine mieux, je circule dans la rue du Bailli, vers l'avenue Louise, il y a un ralentissement, rien de grave c'est l'heure de pointe. Un monsieur me demande pour descendre, il est en retard. Je lui répondrai de patienter et de fait j'arrive à "Bailli" avec 4 minutes de retard, pas de quoi fouetter un chat. A "Fernand Cocq" beaucoup de monde et bien sûr, un raz de marée se précipite dans mon bus par la porte arrière, que faire ? Rien, basta ! J'arriverai à la "Porte de Namur" avec 8 minutes de retard. Je suis remplacé, mais mon service n'est pas fini, ce serait trop beau ! Je range mes affaires et j'apprend qu'un collègue est surplace avec un bus venant de la ligne 61 où il n'était pas remplacé (Service ouvert). Il attend le 54 qui suit et ce conducteur rentrera au dépôt avec le bus. L'occasion était trop belle pour moi et je saisi l'opportunité, ainsi je ne devrai pas pénétrer dans le métro ligne 2, que je compare au "Bronx", "Simonis", "Ribaucourt", "Yser", "Rogier", "Botanique","Madou" d'un côté et "Hôtel des Monnaies", "Porte de Hal", "Gare du Midi", "Clémenceau" et "Delacroix" de l'autre excusez du peu ! J'ai pris un gros risque, car avec le retard du collègue remplacé et les encombrements nous arriverons à "Delta" à 17h56 ! Ma prise sur ligne quant à elle était prévue à 17h56, mais mon bus est arrivé en retard de quatre minutes, ouf ! L'arrêt est noir de monde et le bus archi-plein, deux personnes devront descendre pour me laissé rejoindre mon poste de conduite, car Guy que je remplaçait était descendu du bus avant le rush et moi j'attendais à l'extérieur. Le bus 8014 à un volant qu'il faut maintenir vers la gauche, mais surtout pendant la conduite, il faut constamment faire des corrections avec le volant afin de maintenir une trajectoire correcte ! Lors de mon premier passage à "Demey" monte une dame qui va s'asseoir, je l'a rappelle et la voilà qui râle, elle dit quelque chose du genre, car j'ai pas tout compris : "Quant je le montre, on ne regarde pas ou on me dit qu'il ne faut pas le montrer. (?) Alors je le montre que lorsqu'on me le demande !". Je peux vous assurez que s'il n'y avait pas cette obligation de salaire pour vivre, il y aurait longtemps que j'aurais claqué la porte, voir quitter le bus en plein service. Le ressort s'est définitivement cassé pour moi avec l'introduction de la montée par l'avant et l'obligation faite aux voyageurs de présenter leurs titres de transport au conducteur. Vous pouvez lire ce qu'il en est dans la réalité quotidienne. Pendant mon stationnement de 20h25 à 20h45, je recevrai un coup de fil de Denise, elle m'annonce sa visite pour lundi prochain, enfin une bonne nouvelle. Le retour au dépôt se fera à 22h13, et je suis en week-end.

Le 8014.

STIB (photo) 14.01.2008. 010 (Small)

Non pas cette fois !

STIB (photo) 14.01.2008. 003 (Small)

Deux jours de congé court, mais tellement bon !

deux jours de congé

 

Ciao, ciao !