26/12/2007

TOUJOURS CALME QUOIQUE !

54

Bonjour à tous !

Mardi 25 décembre 2007. L. 54, 17h22-24h49 (7h27). Bus 8192, 81 km.

Le déplacement de "Delta" à la "Porte de Namur" en métro s'est fait sans soucis, même pas un mendiant, un musicien faisant la manche ou un "SDF" récitant son psaume, sont-ils tous en congé en ce jour de Noël ? Mon collègue arrive à l'heure, je prend place à bord, aucunes avaries mais par contre que le pare-brise est sale, de même que les petites vitres latérales, côté intérieur et de plus le réservoir du lave-glace est vide. Je l'ai signalé par écrit et j'en ai fait la remarque à un agent du matériel roulant en fin de service, sa réponse : "Le nettoyeur vient demain !".  Autrement dit rien ne sera fait, équipez-vous d'un flacon d'"Instanet" et d'un rouleau d'essuie-tout ! J'arrive à "Luxembourg", j'y ai 11 minutes de stationnement. Une dame vient toquer à la porte à 18h07, je lui indique que l'embarquement se fait de l'autre côté de la place, elle répond : il fait froid, elle retournera du bon côté.

Place du Luxembourg. Les infos sont claires, nettes et précises !

STIB (photo) 25.12.2007. 002 (Small)

 

STIB (photo) 25.12.2007. 003 (Small)

Je fais mon premier départ, il fait raisonnablement calme, j'arrive à "Bailli", j'embarque les quelques voyageurs présents et je remarque qu'un vieux monsieur grand avec une barbe blanche monte énergiquement par la porte arrière et file s'asseoir. (Ce n'était pas le père Noël !) Je le rappelle à l'avant et lui demande de voir son titre de transport, je lui indique aussi que la montée dans un bus se fait uniquement par l'avant. Il me répond : "J'en ai pas, j'ai plus de 65 ans". Je répond : "65, 85 ou Mathusalem si vous n'avez pas d'abonnement à me présentez, vous devez acheter un ticket chez le conducteur". Il rétorque : "Je descend à "Trinité". Soit un arrêt plus loin, je lui laisse le choix à pieds (400m) et gratuit ou en bus 2€. C'est trop loin fut sa réponse ! Donc 2€ et je lui demande d'oblitérer son ticket, il manipule ce ticket de manière brutale et le plie tellement il était choqué de devoir payer ! Je prend la carte et l'oblitère moi-même avec calme, doigté et tout en douceur, sans aucune difficulté. Durant le parcours qui nous séparait de l'arrêt suivant, il n'a pas arrêté de râler à haute voix. Pourtant, je lui avait laissé le choix ! Si celà continue ainsi, celà va encore être une sacrée soirée. Heureusement ce n'était qu'un feu de paille et le calme est revenu, jusqu'à mon dernier départ de "Luxembourg" où encore une personne qui vient toquer à ma porte à l'arrêt de débarquement, elle aussi ira attendre du bon côté. 23h33 à la "Porte de Namur" un jeune homme attend que la porte arrière s'ouvre pour monter, il se présente ensuite à l'avant sans titre à me présenter et après avoir cherché en vain, un abonnement qu'il prétendait posséder, se verra offrir une oblitération par un copain qui avait une carte de dix voyages et qui lui s'était présenter à l'avant en saluant le conducteur.  23h35 "Fernand Cocq", je m'arrête laisse descendre les voyageurs qui le désiraient, durant ce temps ma porte avant était ouverte, il y avait quatre jeunes d'environs 20 ans, trois Nord-Africain et un Belge, personne ne montent, mais une des personnes me dit : "Vous pouvez attendre deux minutes ?". Je n'ai rien répondu, j'ai fermé les portes et j'ai démarré. Bien sûr un coup de poing est venu frapper sur la vitre, j'ai compris ce que veut dire le délit de sale gueule, car ils avaient des têtes de gangsters. Encore une fois, ils avaient le choix de monter, ils ne l'ont pas fait, la suite ne me concerne pas, attendre qui, quoi ?

"Forest Centre"

STIB (photo) 25.12.2007. 005 (Small)

Sur cette photo, on peut voir que le pare-brise est vraiment sale ! De nombreux "A 330" sont dans le même état !

STIB (photo) 25.12.2007. 007 (Small)

Pour terminer, une situation que je juge dangereuse, avenue Besme près de la place Albert direction "Luxembourg". Une fois de plus on ne peut que déplorer le laxisme des autorités qui ne bougent pas. Le code de la route n'existe plus à Bruxelles et le stationnement sauvage y est roi, n'en déplaise à l'"IBSR" et à "Au fil des lignes". Les usagers qui circulent dans la bande de droite sont littéralement projetés dans la bande de gauche à cet endroit. Au fait et nos chefs de lignes ?

STIB (photo) 25.12.2007. 009 (Small)

Ciao, ciao !