18/04/2007

GREVE !

Bonjour à tous !

Menace de grève à la STIB

Les syndicats aimeraient revoir la prime "chaleur" (une heure de récupération par journée au-delà de 27°) en fonction de la situation réelle de chaque agent (les nouveaux véhicules disposent de l'air conditionné).
La journée de mercredi s'avérera décisive quant à la tenue ou non d'une grève de 24 heures sur le réseau des transports publics de la capitale. Des assemblées générales des délégués de la base syndicale seront organisées en fin de journée au sujet des dernières propositions de la direction en vue de la conclusion d'une Convention Collective de Travail. Celles-ci semblent être contestées surtout dans les rangs du syndicat socialiste CGSP.

Les délégués permanents les présenteront à la base sans les défendre, ont-ils fait savoir à la direction. Les contacts avec la direction ne sont pas rompus. Mardi, en fin de journée, représentants de la direction et permanents syndicaux se trouvaient ainsi autour de la même table, celle du Conseil d'administration de la Société. La tension était montée de quelques crans, à la veille des vacances, dans le cadre de ces négociations sociales. Elle a débouché sur le dépôt d'un préavis de grève arrivant à échéance vendredi, le 20 avril. Lundi, une réunion en commission paritaire n'a pas permis de débloquer la situation.

Globalement, les syndicats ont exigé, depuis le début des négociations, une augmentation barémique liée à l'amélioration du bilan économique de la société. La direction avait quant à elle notamment proposé la mise en place d'un système de bonification et de revoir la prime "chaleur" (une heure de récupération par journée au delà de 27°) en fonction de la situation réelle de chaque agent (les nouveaux trams disposent de l'air conditionné). Dans ses dernières propositions, après avoir renoncé auparavant au système de bonification, la direction a également maintenu le système actuel de récupération liée à la chaleur.

Elle a proposé l'octroi d'une augmentation barémique de 20 euros brut par mois pour chaque membre du personnel barémisé avec effet rétroactif au 1er janvier 2007, d'une autre augmentation barémique de 10 euros à partir du 1er juillet 2008, et une prime unique de 180 euros distribuée le 1er juillet de cette année. Les syndicats sont opposés au concept de prime unique et demandent de porter l'augmentation barémique de juillet 2008 de 10 à 20 euros par mois. Dans les rangs de la direction, on estimait qu'une grève pour un écart aussi faible serait un prix excessif à payer pour la société. (belga)
Vous aurez reconnu, notre ami Serge (Le prêtre de l'anti) de "Jacques Brel" sur la photo.
Ciao, ciao !